Invitation to Happiness – 2011

« Invitation au Bonheur…
à l’usage des pays émergents »

Lors de mes nombreux voyages à l’étranger, particulièrement en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient, j’ai été souvent surpris par des affiches publicitaires. Non pas celles qui s’apparentent à des réclames, mais plutôt les affiches élaborées dans les grandes agences publicitaires, plus ou moins adaptées au public local. Ces publicités vantent des produits de multinationales loin d’être nécessaires dans un pays où l’économie est essentiellement de subsistance. Les affiches montrent le décalage choquant entre la réalité du pays et la globalisation.

La diffusion de publicités à large échelle – par la taille et par le nombre – se veut moteur de « développement », faisant entrer ces pays dans le paradis prôné par l’économie de « marché global ». Mais ces notions mêmes sont des caches pudiques à des réalités autrement plus cyniques : les pays dits « en développement » sont des fournisseurs de matières premières et grands consommateurs d’armement fournis par les pays « développés ». L’Histoire récente et l’actualité nous apprennent que la relation entre ces deux faits est étroite.

La série d’affiches « Invitation au Bonheur… » est une parodie du langage publicitaire. Une parodie de visuels imposant des modèles d’attitudes et d’images « positives » aussi dérisoires que la taille des mannequins, la possession d’objets valorisants, ou l’accession à des produits de luxe. En un mot : LE BONHEUR.

Cette série est destinée à être affichée en place et lieu d’affiches réelles (2×3 m ou 3×4 m). Les affiches prennent l’allure de publicité vantant un produit, mais se jouent du langage symbolique des publicités et le brouillent.
Comme le propre de la communication est de faire passer à tout prix un message à une cible définie, tous les ingrédients de cette communication se retrouvent dans ces affiches, mais le contenu est décalé avec la forme. Cette série se veut une perturbation pour démystifier les mécanismes de la « communication », mais surtout pour donner à voir un contenu autre et donner une autre conscience des réalités.

Ces affiches ont été placardées une semaine dans de nombreux panneaux de la ville de Dresde en octobre 2011.
« Invitation to happiness…
for the use of emergent countries »

While travelling, particularly in Africa and Middle East, I was often surprised by billboards showing ads conceived by international advertising agencies, more or less adapted for local consumers. These ads were praising multinational products, far from being necessary in these countries where economy is essentially of subsistence and the gap is shocking.

The large diffusion by size and number of these ads is supposed to have a dynamic role on « development », helping by the way emerging countries to step in the commended « paradise » of « global market ». These rudiments are but a modest masking of much more cynical realities: « emergent » countries are providers of raw material and big consumers of weapons made in the « developed » countries. Recent History, till today, teaches us the narrow relationship between these two facts.

The series of ads « invitation to happiness… » is a parody of advertising language. A parody of visuals imposing attitude patterns and « positive » images such as measurements of models, possessing developing objects or getting access to luxury products. In one word: HAPPINESS.

The ads are to be showed on real billboards (2x3m or 3x4m). They look like praising a product but confusing ads’ symbolic language. The proper of communication is to send a precise message to defined target, that is why all the ingredients of this communication are in this series of ads, but content is shifted with form. This series is a hoax for demystifying « Communication » mechanisms, but over all to show a different content, another consciousness of realities.

These ads were pasted on twelve billboards for a week in the city of Dresden in October 2011.