From The Shadows Light Comes Forth – 2015

De l’ombre jaillit la lumière

Pour l’exposition « Lumières d’Afriques », j’ai imaginé installation lumineuse. « De l’ombre jaillit la lumière » est écrit en sept langues sur un panneau carré éclairé. Mais lorsqu’on passe devant, la lumière s‘éteint et le fond restitue sa lumière phosphorescente. Anglais, français, espagnol, portugais, italien, allemand et néerlandais sont les langues des pays qui ont colonisé l’Afrique. Est-ce que leurs civilisations ont apporté Les Lumières au Continent Noir ? Tour à tour nommé « Devoir Civilisateur », puis « Progrès », n’a t-il pas pris le nom de « Développement » dans nos temps globalisés ? Le choix des matériaux réfléchissants et phosphorescents parle de la capacité à recevoir puis rendre l’énergie reçue. Dans quelle mesure les Africains peuvent rendre ce qu’ils ont reçu de bénéfique ou maléfique ? En rejetant tel quel l’héritage ou en le restituant autrement ?

From The Shadows Light Comes Forth

For the exhibition  » Lumières d’Afriques  » I imagined a light installation.  « From darkness light comes forth » is written in seven languages on an enlightened square panel. But as we are facing it, the light goes out and the background releases its phosphorescent light. English, French, Spanish, Portuguese, Italian, German and Dutch are the languages of the countries that colonized Africa. Has their civilizations brought Enlightenment to the Black Continent? In turn called “Civilizing Duty”, then “Progress”, didn’t it take the name of “Development” in our globalized times? The choice of reflective and phosphorescent materials is talking about the ability to receive and give back the energy received. How Africans can return what they have received is it good or bad? In rejecting as it is the legacy or restoring it otherwise?