Cairo Ramadan – Egypt

Ramadan au Caire – novembre 2003

La rue

Les manifestations du mois de Ramadan au Caire sont visibles dans les rues à la tombée de la nuit, particulièrement près des mosquées et des grandes places. Une fois la rupture du jeûne et le repas terminés, l’activité reprend plus intensément et se prolonge tard dans la nuit, jusqu’à la dernière collation avant l’aube.

A l’heure de l’Iftar

Au coucher du soleil c’est la rupture du jeûne, (l’Iftar), la physionomie de la rue change ; les passants se font rares et les carrefours les plus encombrés de la ville deviennent déserts. Plus l’heure approche, plus les voitures se pressent à coups de klaxons vers leurs destinations. Les familles se retrouvent autour du repas où l’on s’invite souvent les uns les autres. La télévision est omniprésente avec ses programmes spécialement conçus pour ces longues soirées même dans les lieux publics. D’autres préfèrent rompre leur jeûne sur le lieu de travail, au bord du Nil ou dans les jardins…

« Ma’eda al-Rahman » (Les tables du Miséricordieux)

Ces tables, une tradition de charité, sont organisées par des bienfaiteurs qui offrent le repas de rupture de jeûne aux nécessiteux. Les tables sont dressées à même la rue, dans les ruelles de quartier, ou près des mosquées, parfois protégées du regard par des tentures. Les gens viennent s’asseoir librement autour de ces tables et réservent ainsi leur part en attendant l’heure de l’iftar. Les plus pieux consacrent ce temps d’attente à la lecture du Coran qui est gracieusement prêté pour la circonstance. Les repas sont cuisinés, préparés et servis par des bénévoles ou des personnes rétribués de façon symbolique. La distribution se fait sous forme de plats, de plateaux-repas ou de boîtes ou sachets à emporter. Les bienfaiteurs se veulent souvent anonymes, mais aujourd’hui des associations caritatives, ainsi que des personnalités politiques ou du monde du show-biz, n’hésitent pas à afficher leur nom.

Après l’Iftar

Après l’Iftar la prière du coucher du soleil, la quatrième des cinq prières quotidiennes. Puis, la soirée s’étire entre sorties au bord du Nil, en famille ou en amoureux, divertissements au café ou dans des centres commerciaux, soirées traditionnelles de contes et de musique et repas tardifs dans les restaurants…

Départ pour la Mecque

Caux qui ont les moyens partent à La Mecque faire le pèlerinage qui se termine à la fête du sacrifice d’Abraham deux mois plus tard.
Mosquées

Les mosquées les plus renommées au Caire sont celles de al-Azhar et al-Hussein se faisant face au centre du Caire Fatimide (X°s.) Celle d’al-Azhar est célèbre dans le monde pour son université islamique, les oulémas (savants) ou cheikhs de cette institution sont reconnaissables à leur habit et leur coiffe.
Les mosquées en plus d’être un un lieu de rassemblement pour la prière elles sont également un lieu de lecture et d’échange religieux ; elles sont aussi parfois un lieu de répit et de recueillement au cœur de la ville et de son tumulte.

Le Fanous

Le « fanous » (lanterne) est traditionnellement lié au Ramadan, au jeux d’enfants dans la nuit jusqu’à l’heure de la dernière collation avant l’aube. Aujourd’hui il est devenu le symbole de Ramadan au même titre que le sapin de Noël avec l’exploitation commerciale qui en est faite. Durant ce mois, la consommation augmente paradoxalement surtout à l’approche des fêtes.

Veille de fête

À l’approche des fêtes, les étalages de friandises et de gâteaux se font nombreux, les femmes font cuire leurs gâteaux au four du quartier ou font leurs dernières courses. La veille, les mosquées préparent les lieux du rassemblement pour la grande prière de l’aube et les marchands ambulants vendent déjà leurs lots de jouets et ballons..

Jour de fête

Le matin, après la prière de l’aube, les familles portant leurs plus beaux atours partent à l’assaut des espaces publics de la ville. La moindre parcelle d’espace vert est réquisitionnée et partagée entre pique-niques avec cuisine sur la pelouse, les jeux et les danses.
Ramadan in Cairo – November 2003

Streets

As the night falls on Cairo streets, the signs of Ramadan are unmistakable, particularly near the mosques and the large plazas. As soon as the fast is broken and the meal is finished, the streets resume their activities, even more intensely, and continue well into the night, up until the last collation allowed before the dawn.

« Iftar » time

Sunset is the breaking fast time « Iftaar ». The streets look changes; the passers-by become rare and the most cluttered crossings in town are deserted. Cars are horning, speeding to their destination. Families are gathered around a festive meal, often shared with family and friends. Special programs on TV are made for theses long evenings and television sets are omnipresent in the decorum even in public spaces. Still, some prefer to break their fast at their work place or by the waterside overlooking the Nile or in a park…


« Ma’eda al-Rahman » (The Merciful Tables)

Tables set in the streets are a charity tradition, organised by benefactors who offer « iftar » the main meal for the needy. Sometimes these long tables are set in the neighbourhood alleys’, close to mosques, sometimes sheltered by tents. Waiting for « iftar » time, people approach these tables freely and sit around to reserve their share. The more pious ones use this time reading Koran, which is gracefully lent for the occasion. The meals are cooked, prepared and served by volunteers or by individuals paid a token payment. The food may be served in separate plates, in individual trays, or in boxes or packages to take home. The donors often prefer to remain anonymous although today many charitable associations as well politicians or personalities from the show business world are happy to let their names announced.

After « Iftar »

It is the dawn prayer time, the fourth of the five daily ones. The evening then continues afterward between family or courting couples outings to the waterside, entertainment at coffee shops, shopping malls, or long traditional evenings of stories and music and late meals in restaurants…

Departure to Mecca

Those who have the means travel to Mecca for the pilgrimage, which ends with celebration of the Abraham’s sacrifice, two months later.

Mosques

The most famous mosques in Cairo are the Al-Azhar and Al-Hussein mosques, which face each other in the centre of the Fatimid Cairo (X°c.). The Al-Azhar mosque is well renown for its Islamic university; the scholars “Cheikhs” or “Ulemas” of this institution can be recognized through their cloth and their headdress.

In addition of being a place of prayer, mosques are also centres of reading and religious exchange; they are sometimes also a place of respite and contemplation in the midst of the city and its tumult.

The « Fanous »

This lantern is traditionally associated to Ramadan, with children’s plays at night until the last collation before dawn. Today, the « Fanous » became a symbol of Ramadan in the same way as the Christmas tree, with all the commercial exploitation that comes with it. During the month of Ramadan, the consumption increases paradoxically, particularly as the celebration of the fesat « Eid » approaches.

The Eve of the « Eid »

At the celebration approach, the displays of sweets and pastries are multiplied; women are baking their cakes in the neighbourhood oven or rushing to complete their shopping. The night before, the mosques prepare the gathering places for the big prayer of the dawn and the itinerant merchants are already selling their lots of toys and balloons.

Feast Day

In the morning, after dawn prayer, the families wearing their most beautiful attire and fineries are heading towards the public areas of the city. Every little space of greenery is occupied and shared between picnics and cooking on the lawn, games and dances.